ARS ANTIQUA

ARS ANTIQUA
ARS ANTIQUA

L’expression ars antiqua (forgée par les historiens de la musique – par opposition au nom du traité Ars nova , rédigé par Philippe de Vitry, s’appliquant à l’époque de Guillaume de Machaut en France et Francesco Landini en Italie, au XIVe siècle) désigne l’école musicale parisienne des XIIe et XIIIe siècles et, plus particulièrement, la musique médiévale française de 1230 à 1320 environ. Le mot «ars» signifie «science» et, par extension, science musicale. Cette acception vise les traités théoriques du XIIIe siècle, la monodie (manuscrits d’Adam de la Halle, corpus des troubadours et des trouvères, drames liturgiques), la polyphonie (organa , motets, rondeaux, conduits), les premiers grands maîtres dont les œuvres sont signées ou attribuables (Léonin, Pérotin).

À cette époque, d’une importance capitale pour l’histoire de la musique, les genres se codifient, la notation évolue, les techniques se précisent, notamment dans la polyphonie religieuse, avec le mouvement parallèle des voix (organum ), le mouvement contraire (déchant), l’emploi de vocalises (organum fleuri ); le nombre des voix passe de deux à trois et quatre (organum duplum , triplum , quadruplum ); les consonances parfaites (admises) sont l’unisson, l’octave, la quarte, la quinte. Le rythme parfait est ternaire; les progrès de la notation et des modes rythmiques permettent d’indiquer de façon précise les durées et les hauteurs, surtout dans la seconde moitié du XIIIe siècle. La musique profane, à côté des œuvres lyriques des troubadours (au sud de la Loire), et des trouvères (au nord de la Loire), respectivement en langue d’oc et en langue d’oïl, consignées dans les «chansonniers», comprend des motets (généralement à trois voix) résultant de l’addition de paroles sous les vocalises de l’organum et des rondeaux. L’ars antiqua a joué un rôle indéniable dans l’élaboration des genres musico-littéraires, monodiques et polyphoniques.

1. Le cadre historique

Selon H.-I. Marrou, le XIIe siècle «a été l’un des grands siècles de la civilisation occidentale, une des grandes étapes de sa genèse» (troubadours). Le XIIIe siècle est un âge d’or marqué par l’épanouissement de la polyphonie religieuse cultivée par l’école Notre-Dame. L’ars antiqua évolue pendant le siècle des cathédrales; en 1163, Maurice de Sully (env. 1120-1196) entreprend la construction de Notre-Dame de Paris, qui sera terminée, dans son ensemble, vers 1245; les polyphonies de Léonin et de Pérotin résonneront sous ses voûtes. Le XIIIe siècle représente aussi le siècle de l’Université; en 1215, le pape Innocent III confirme les premiers privilèges concédés par Philippe Auguste (en 1200) à l’université de Paris. La musique a sa place à part entière dans le quadrivium , à côté de l’arithmétique, de la géométrie et de l’astronomie. L’enseignement est donné à l’école épiscopale de la cité, sur le «Petit Pont», dans les écoles du cloître de Notre-Dame, de Sainte-Geneviève et de Saint-Victor. En 1257, Robert de Sorbon crée l’un des collèges destinés à héberger des étudiants en théologie. L’ars antiqua correspond donc à l’époque des bâtisseurs de cathédrales, à l’apogée de l’art roman et de la polyphonie (préparée à l’abbaye de Saint-Martial de Limoges, dans la première moitié du XIIe siècle) et à une époque de recherches théoriques (Sorbonne). La musique est pratiquée, non seulement dans les cathédrales, les abbayes et l’Université, mais encore dans les châteaux ou dans la vie de cour; elle jalonne les principaux événements historiques célébrés par des «conduits»: Ver pacis aperit (à deux voix) pour le sacre de Philippe Auguste; Beata nobis gaudia (à une voix) pour le sacre de Louis VIII; Gaude Felix Francia (à deux voix) pour le sacre de Saint Louis.

2. Les maîtres

Les œuvres sont conservées dans des manuscrits ne portant généralement pas le nom de leur auteur. Les pièces polyphoniques figurent dans plusieurs manuscrits de l’école Notre-Dame, ceux de Bamberg (manuscrit d’une centaine de motets, d’origine parisienne, conservé à Bamberg), de Montpellier (H 196, faculté de médecine), de Turin, de Madrid, de Burgos, de Las Huelgas... L’activité des chantres se situe dans le dernier tiers du XIIe siècle et la première moitié du XIIIe siècle. Des renseignements sont donnés par l’Anonyme IV (De Coussemaker, Scriptores , I, p. 342). Maître Albert (Magister Albertus Parisiensis), l’un des prédécesseurs sinon contemporains de Léonin, est un déchanteur du XIIe siècle; il est mort entre 1173 et 1188, sans doute en 1180. Il a été chantre dans les abbayes de Saint-Victor et Saint-Martin-des-Champs, et à Notre-Dame. Le Codex calixtinus le mentionne, en 1140, comme étant l’auteur d’un conduit à trois voix, Congaudeant catholici . Léonin (Magister Leoninus) est, avec Albert, le premier musicien connu. Selon l’Anonyme IV, il est optimus organista (compositeur d’organa ). On lui attribue le Magnus Liber organi (cycle d’organa à deux voix, pour les vêpres et la messe), par exemple, l’organum duplum (à deux voix), Judaea et Jherusalem , dans le style de l’organum fleuri. L’un de ses successeurs à Notre-Dame de Paris, Pérotin, est le plus illustre de ces déchanteurs, vers 1200. L’Anonyme IV le mentionne comme discantor optimus (compositeur de déchant). On lui doit des organa triples, quadruples, par exemple Viderunt , Sederunt , et des conduits (Salvatoris hodie , à 3 voix). Perotinus Magnus (plusieurs chantres sont attestés dans les archives de Notre-Dame, sous le nom de Pierre) aurait remanié des organa de Léonin. Le grand maître, hors de Paris, est Adam de la Halle, trouvère français, étudiant à l’université de Paris en 1269, qui a cultivé la monodie et la polyphonie.

3. La théorie musicale et la notation

Les manuscrits sont notés en notation noire, de forme carrée, qui sera mesurée ou proportionnelle vers le XIIIe siècle. Les valeurs utilisées sont la longue (longa ), la brève (brevis ) écrites sur le parchemin sans lever la plume d’oie, des notes d’ornement et des silences. Peu à peu, les valeurs plus petites seront nécessaires; la semi-brève, semi brevis , en groupe puis autonome, s’ajoutera. Le terme «mesuré» (musica mensurata ) introduit par le théoricien Francon s’applique à la polyphonie, par opposition au cantus planus . Les valeurs de notes ne sont pas absolues, elles dépendent du contexte. Les modes rythmiques (d’abord deux, puis six) régissent cette musique à plusieurs voix (tabl. 1). La notation préfranconienne ou pérotinienne est en usage entre 1175 et 1225; la notation franconienne lui succédera. L’évolution est très nette, dans le sens de l’imprécision vers la précision, à partir des manuscrits Wolfenbüttel (677, 1099), Florence (Pluteus 29 Bibl. Laur.)... Les renseignements sont fournis par les traités, entre autres ceux de Jean de Garlande (De musica mensurabili positio ), de Lambert (Tractatus de musica ), de l’Anonyme IV (env. 1275), de l’Anonyme VII (env. 1350), qui fournissent de précieuses indications concernant la notation: valeurs (relatives) des notes, silences, ligatures, notes d’ornement, théorie modale (modes rythmiques), et à la pratique du déchant (consonances admises, mode de composition)... Ce système complexe sera perfectionné par Pierre de La Croix, Philippe de Vitry à l’époque de l’ars nova [cf. ARS NOVA].

4. Les formes polyphoniques

À l’époque carolingienne, les premiers essais consistant à doubler une voix par mouvement parallèle, selon les consonances admises, donnent naissance à l’organum parallèle comme le Rex coeli Domine (à 2 voix, Enchirias , IXe s.). Une troisième voix puis une quatrième peuvent être ajoutées. L’organum fleuri (à vocalises) comprend une phrase liturgique (tenor emprunté), exposée en valeurs longues, un double (duplum ) en vocalises. Cette forme cultivée par l’école de Saint-Martial de Limoges sera amplifiée par l’école Notre-Dame (organum triplum , quadruplum ) en tant que solemnisation de l’office (Léonin, Pérotin). Elle tombe en désuétude vers la fin du XIIIe siècle, au profit du motet religieux, profane ou amoureux. Des paroles (motetus , motulus ) sont placées sous la voix organale; le motet comprend une teneur (vox prius facta , sur timbre préexistant), sur un mode rythmique préétabli, un double sur un rythme différent et avec des paroles différentes, en respectant les consonances parfaites, puis – en contrepoint – une troisième voix avec des paroles différentes. Les textes sont d’abord latins, puis bilingues (latin-ancien français), et français. Les sujets religieux et profanes permettent de superposer des textes avec ou sans parenté sémantique (cf. mss de Bamberg, de Montpellier). Les musiciens de l’ars nova transformeront cette forme.

Vers 1250, au nord de la Loire, le rondeau (rondel , rondellus ) fait appel au style syllabique, au même texte à toutes les parties; sa structure varie de quatre à treize vers au XIIIe siècle (tabl. 2). Adam de la Halle exploite la forme monodique (Robin m’aime, Robin m’a ) et polyphonique (Li dous regard de ma dame ) chantée en alternance par un soliste et par le chœur.

Aux XIIe et XIIIe siècles, le conduit (conductus ), chant latin de caractère paraliturgique, accompagne un déplacement (ex. le Conduit de l’Âne ). Le sujet peut être religieux, profane, de circonstance (événement historique). L’expression désigne aussi un mode d’harmonisation «note contre note» (Rondeaux d’Adam de la Halle).

Parmi les formes secondaires, ballade, virelai, lai, refrain (dans le théâtre profane), danses (ductie, estampie, ronde...) chantées ou instrumentales (vielles, luths, flûtes, orgue portatif, percussions), les clausules (fragment d’organum à vocalises intercalé dans un alleluia ou un graduel) se rattachent aussi au répertoire de l’ars antiqua.
Au siècle des cathédrales, de l’Université, de Philippe Auguste et de Saint Louis, Léonin, Pérotin, Adam de la Halle, les chantres anonymes et les théoriciens ont amené la musique médiévale à un point de perfection marqué par l’unification des styles religieux et profane (ex. le motet), par la codification des genres (organa , motets, rondeaux, conduits), par la consolidation de la polyphonie, assurant ainsi la jonction entre les essais de l’école de Saint-Martial de Limoges et l’école de Guillaume de Machaut (ars nova). Dans l’histoire du patrimoine musical français, l’ars antiqua occupe une place privilégiée et capitale pour l’évolution de la musique européenne.

Ars antiqua
période de la mus. occid. qui va de la fin du IXe s. (déb. de la polyphonie) au début du XIVe s. Le genre motet et la forme rondeau (Adam de la Halle) s'y sont développés, ouvrant la voie à l' Ars nova.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ars antiqua — also called ars veterum or ars vetus, refers to the music of Europe of the late Middle Ages between approximately 1170 and 1310, covering the period of the Notre Dame school of polyphony and the subsequent years which saw the early development o …   Wikipedia

  • Ars Antiqua — (lat. alte Kunst) ist die Bezeichnung für eine Musikepoche, die auf einer zeitgenössischen Bezeichnung basiert. Als der Begriff Ars nova für die Zeit von 1320 bis etwa 1380 mit Paris als Zentrum aufkam, bezeichnete man in einem abwertendem Sinne… …   Deutsch Wikipedia

  • Ars antiqua — (lat. alte Kunst) ist die Bezeichnung für eine Musikepoche, die auf einer zeitgenössischen Bezeichnung basiert. Als der Begriff Ars nova für die Zeit von 1320 bis etwa 1380 mit Paris als Zentrum aufkam, bezeichnete man in einem abwertendem Sinne… …   Deutsch Wikipedia

  • Ars antiqua — Saltar a navegación, búsqueda El Ars antiqua es un período de la historia de la música que comprende los siglos XII y XIII. Su fundamento es la creación de la famosa Escuela de Notre Dame de París, de la que surgirán dos músicos de enorme… …   Wikipedia Español

  • Ars Antiqua — Par opposition à l ars nova, nom générique donné à la musique médiévale occidentale des XIIIe et début du XIVe siècles, reposant principalement sur le plain chant et la technique de l organum. L ars antiqua est une période allant de 1240 à… …   Wikipédia en Français

  • Ars antiqua — (лат. старая техника [композиции], старое искусство [музыки]), Арс антиква период в истории западноевропейской (преимущественно французской) музыки XII начала XIV веков. Термин Арс антиква применяют только по отношению к многоголосной музыке …   Википедия

  • Ars antiqua — Ars an|ti|qua die; <aus lat. ars antiqua »alte Kunst«> erste Blütezeit der ↑Mensuralmusik (bes. im Paris des 13. u. 14. Jh.s); Ggs. ↑Ars nova …   Das große Fremdwörterbuch

  • ars antiqua — ars an·tì·qua loc.s.f.inv., lat. TS mus. nei secc. XII XIII, fase iniziale della polifonia in cui a un canto fermo si sovrapponeva un altro canto ed entrambi terminavano all unisono {{line}} {{/line}} ETIMO: lat. mediev. ars antiqua propr. stile… …   Dizionario italiano

  • Ars Antiqua — /ahrz an tee kweuh, ahrs /, Music. the style of composition characteristic of the 13th century, esp. in France. Cf. Ars Nova. [ < ML: ancient art] * * * (Latin; Ancient Art ) Musical style of 13th century France. The term was derived… …   Universalium

  • Ars antiqua — Par opposition à l ars nova, nom générique donné à la musique médiévale occidentale des XIIIe et début du XIVe siècles, reposant principalement sur le plain chant et la technique de l organum. L ars antiqua est une période allant de 1240 à… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”